Après « L’ombre à suivre » en 2011 et « Mars en marche » en 2013, Sébastien Pasquet alias Tristen a sorti fin novembre son nouvel album « Les couleurs et les formes ».

soyons-desinvoltes-tristen

Ne connaissant pas l’artiste avant de recevoir cet album, je me suis lancée dans l’écoute de ce disque à « l’aveugle », en ayant aucune idée de l’univers musical dans lequel j’allais plonger. Dès les deux premiers titres, l’évidence de la qualité et de l’élégance d’un album travaillé et abouti est déjà là. Il n’y a pas besoin d’aller plus loin pour l’affirmer mais après avoir découvert deux si belles couleurs différentes de son répertoire en deux titres, on ne peut qu’avoir envie d’écouter la suite ! Chaque morceau emmène ailleurs, tout en étant intimement relié aux autres sans qu’on puisse forcément expliquer par quoi. À travers la finesse de son écriture et le juste équilibre entre soutien et appuie des mots des accompagnements musicaux, Tristen a su tisser le fil de l’histoire qui relie chacune de celles qu’il raconte et dont on ne décroche pas tenant à en comprendre chaque subtilité.

Entre pop et rock, entre mélancolie et lumière, entre douceur et énergie, un album à prendre le temps d’écouter attentivement !

1 : Les structures de l’automne
2 : L’archipel
3 : Mon amour en vitrine
4 : La fin du monde
5 : Chanson du XXème siècle
6 : Les bermudes
7 : Je suis mort et vous êtes tous vivants
8 : Perles perdues
9 : Ton visage en silex
10 : Après la fin du monde