Vendredi soir, Clarika était sur la scène de la Batterie de Guyancourt. Son dernier album “De quoi faire battre mon coeur” m’ayant fait découvrir l’artiste et ayant tourné en boucle dans ma sono pendant un bon moment, je ne pouvais qu’avoir envie d’aller la voir en live. 

soyons-desinvoltes-clarika

Le concert n’a pas encore commencé que la grande toile posée sur les instruments attire mon attention. La lumière s’éteint, la toile se soulève en s’éclairant et en dévoilant un ciel de plumes. La couleur est annoncée, tout comme son décor, le concert sera beau, très beau. Magnifiquement accompagnée par ses talentueux musiciens, Fanny Rome, Ludovic Leleu et Jérémie Pontier, Clarika dégage dès les premières minutes une présence scénique évidente qui allie humour et émotion. Des chansons aux interludes, rien n’est laissé au hasard. Plus qu’un concert, c’est un véritable show. De la magie d’un ciel étoilé à la liberté de lâcher prise, le public est à la fois dans l’écoute de l’intensité que dans le partage de l’énergie. Clarika parle beaucoup d’amour, et à chaque fois elle met dans le mille, là où ça touche.  

“Ca s’peut pas / Qu’y ait plus un jour / Ca s’peut pas
Tout c’bonheur / Tout cet amour / Tout c’tralala
Ca s’peut pas / Qu’y ait pas encore / Ca s’peut pas
Quand les astres seront morts / Nous deux tout ça / Ca s’peut pas
Oui, dis-le moi / Qu’ça s’peut pas / Que notre amour à nous, y meurt
Y restera…

On se tient fort la main / En marchant sur des parkings
On se dévore des yeux / Sous la lune sanguine
Et on s’croit plus malin / Et on n’a peur de rien
Et on s’croit plus malin / Et on n’a peur de rien
Peur de rien…”

Oui, Clarika raconte beaucoup l’amour, mais pas que. Oui, elle touche par ses mots et son interprétation, mais pas que. Clarika, c’est aussi un électron libre qui virevolte sur scène en se laissant porter par la musique, avec de l’humour à en revendre et une énergie lumineuse communicative. Ce concert était profond, lumineux et terriblement généreux. Au milieu de son set aux multiples sujets et couleurs, le titre “Bien mérité” se détache tant par son message que par la dimension qu’il prend en live.

soyons-desinvoltes-clarika
“Bah ouais, c’est vrai / J’y avais pas pensé
Bah oui, pardi / On me l’a toujours dit
Bon sang, c’est sûr / C’est la loi de la nature
C’est l’évidence / T’avais qu’à naître en France
Et tant pis pour ta gueule / Si t’es né sous les bombes
Bah ouais / Tu l’as bien mérité
T’avais qu’à tomber / Du bon côté de la mappemonde…”

 

Sa reprise de “My Sweet Lord” de George Harrison est tout simplement bluffante et dévoile une voix que je ne lui connaissais pas. Durant toute la soirée, elle a jonglé habilement entre les émotions, baladant le public de profondeur à rire. Sur les visages de chacun on pouvait voir des sourires à la hauteur du plaisir partagé durant ce concert. Quel que soit le titre, quelle que soit l’histoire, Clarika chante vrai, et c’est certainement pour ça que ça touche autant. Dans son dernier album, il y a un texte qui fait partie des plus beaux que j’ai pu entendre pour résumer la force et l’importance de l’amour. 

soyons-desinvoltes-clarika“Je ne te l’dirai pas,
Parce que j’ai eu tant d’amour
Que si ça s’arrête aujourd’hui
Moi j’en aurai encore
Pour le reste de ma vie
Parce que j’ai eu tant d’bonheur
Que si ça s’arrête à jamais
J’aurais d’quoi faire battre mon cœur
Jusqu’à ma mort et après…”

 

Clarika sera en concert au Trianon le 23 février, je fais donc le choix de ne pas te dévoiler la totalité de la setlist pour te laisser le plaisir de la découvrir en allant au concert. Quoi ?! Tu n’as pas encore ta place pour le Trianon ?! Allez hop, pour réserver c’est par ici : Réservation