Une fois n’est pas coutume, Soyons Désinvoltes récolte le Live Report de Thomas Guerigen qui était au concert de Lonny Montem, groupe qu’une partie de la rédaction apprécie beaucoup suite à l’écoute de l’EP. Du coup on a accepter avec plaisir de relayer ce live report. Merci Thomas !

On a découvert Louise faisant parti du très bon groupe Refuge (Florian B.), mais aussi du dynamique collectif musical qu’ils forment avec Malvina Meinier et Igor Ramonatxo.
Le peu que nous avions écouté de sa voix nous avait donné envie d’en voir plus.

Hier soir, nous avons donc découvert « LONNY MONTEM » son projet solo en version acoustique. C’est un projet folk, aux accents country, chanté en anglais.

Le concert avait pour cadre, la petite cave voutée de l’Essaïon Théatre, idéale pour ce genre de musique intimiste.

Louise se présente devant nous avec une simplicité déconcertante et un humour tout en finesse. D’ailleurs, tout au long du concert, elle interviendra entre les morceaux, avec ces mêmes qualités.

Le set commence en douceur avec « Woman now » une chanson en solo guitare/voix.
Pour la suite, elle sera accompagnée de David Doucerain à la contrebasse et Antonin Lespagnol à la guitare. On commence alors à entrevoir les possibilités vocales de la jeune femme sur « Short Morning Blue », « Cold Name » et « Opening Key »

Vient alors le moment de « Velvet Breeze » (en vidéo ci dessous).
Le morceau commence dans le noir complet, Louise nous demande de nous imaginer sous terre, et c’est vrai que là, on y est. Le morceau débute, presque chuchoté, puis au fur et à mesure des couplets, la voix monte en intensité alors que la clarté revient petit à petit, Louise emerge enfin de l’ombre pour finir dans une intensité lumineuse et vocale.
Frisson assuré.

Un autre morceau voix/guitare, « Burning Bridges », nous montre qu’elle n’a pas hésité à laisser ses 15 ans d’alto de côté pour sacrifier, de façon parfois encore hésitante, à l’instrument emblématique de la folk : la guitare.

Lonny Montem, nous enchante sur les titres « Nausicaa » et « Please Look After Me », avec une voix chaude se rapprochant par moment de celle de Joan Baez, une voix qui virevolte de bas en hauts, en liés et en décrochés.

Le concert se termine en apothéose, a capella, simplement accompagnée des paroles de « If It Be Your Will » de Leonard Cohen.

A cet instant, dans cette cave, on se croirait partie prenante d’un film de David Lynch et la voix de Louise hantera notre esprit pendant bien des heures après que le concert fût terminé.

Pour qui aime la folk, la jeune femme est à suivre, assurément.

Le très bon premier EP de Lonny Montem est en vente en version physique à La Passerelle.2, 52, rue Popincourt, 75011 Paris

> En savoir plus sur le groupe en visitant leur site