Karen Lano et Olivier Legall ont décidé il y a un an de réunir leurs sensibilités autour du projet de reprendre l’album « Grace » de Jeff Buckley en Live.

L’idée était d’abord de lui rendre hommage car c’est un album qui compte beaucoup pour eux et aussi, chanter ces chansons qui artistiquement suscitent leur admiration de chanteuse et de musicien. C’est rentrer en contact avec sa poésie, son lyrisme, sa puissance et partager avec les gens qui aiment cette musique, et pourquoi pas la faire découvrir à ceux qui ne connaissent pas, dans un moment intime et intense.

Avec beaucoup d’émotion, ils ont donné leur tout premier showcase le 2 Juin dernier à La Passerelle.2, lieu Parisien incontournable des passionnés de musique. Aujourd’hui ils dévoilent le premier extrait de la captation réalisée à cette occasion, le titre  « Hallelujah ».

Nous on a assisté au showcase fort en émotion et en beauté et on n’a pas résisté à l’idée de poser quelques questions à Karen pour en savoir un peu plus sur ce projet !

Soyons-Désinvoltes : Bonjour Karen, tu nous présentes un projet « hommage à Jeff Buckley » en reprenant l’intégralité de l’album « Grace » : « l’un des piliers du mouvement de rock mélancolique et néo-romantique des années 1990 » pour paraphraser Wikipedia. 
Comment t’es venue l’idée/l’envie de faire ce projet ?
Karen Lano : L’idée nous est venue ensemble avec le guitariste Olivier Legall (Sollex, Sophie tapie, Devon Graves, Gervaise…). Nous collaborons déjà sur mon projet personnel et notre entente musicale est naturelle, évidente. Nous avions travaillé sur quelques revisites de morceaux que nous aimions, et le morceau « Grace » en faisait partie. Lorsque nous l’avons joué pour la première fois devant des gens, la réaction a été très positive. En en parlant, nous nous sommes rendu compte que cet album avait beaucoup compté pour nous. Est venue l’idée d’en faire un concert en reprenant tout l’album. Sachant que nous approchions les 20 ans de sa mort, c’était le moment de rendre hommage à ce grand artiste.

S-D : On a eu la chance d’assister au showcase que vous avez donné en duo à La Passerelle.2 (qui était magnifique NDLR). La complexité de la voix de Jeff Buckley t’a t’elle demandé un travail ou des choix particuliers ? 
K.L : Tout d’abord, merci beaucoup pour tes mots sur le concert 🙂 C’était un grand challenge oui, autant vocal que guitaristique ! Nous avons opté pour le parti pris de faire tout l’album dans l’ordre et dans les tonalités originales. Jeff Buckley avait une voix phénoménale ; il pouvait monter très haut et descendre très grave. Je me suis beaucoup entrainée, mais j’ai évité de trop réécouter le disque pour ne pas l’imiter, ne pas chercher à tout reproduire de façon exacte afin de m’approprier les chansons, avec ce que je suis et ma voix de femme. Je me suis préparée physiquement et mentalement comme une athlète, tout en m’imprégnant le plus possible émotionnellement.

S-D : On imagine que la présence d’un public nombreux vous a porté pour ce showcase. T’attendais-tu à trouver une réponse aussi forte du public ?
K.L : En effet, il y a eu un fort écho de la part du public, parce que je pense que d’une part, c’est un artiste qui était très aimé, très respecté (il avait d’ailleurs un lien privilégié avec le public français), et peut-être aussi parce qu’il n’est pas souvent repris. Et puis, c’est un symbole, je pense qu’ il a marqué les générations avec cet album, où tous les titres sont forts, inspirés, et traduisent cette passion de vivre, d’aimer… peut-être que beaucoup de gens se sont reconnus dans ces thématiques.

S-D : Le concert a fait l’objet d’une captation vidéo par Zombitch Films.  Comment s’est passée votre collaboration ?
K.L : Les Zombitch Films est un collectif de réalisateurs très talentueux (ici Valentin Chetelat, Jean-Luc Perrin et Marion Seguin) qui avaient déjà travaillé avec Olivier sur d’autres projets. Ils ont fait mon dernier clip aussi : « Le marin ». Ils ont une grande sensibilité dans l’élégance, le sens de l’esthétique et du respect de la musique. J’aime leur originalité et leur professionnalisme. Nous avons parlé d’une réalisation qui retraduirait toute l’intimité du concert, ce qui n’était pas facile en terme de dispositif car il y avait beaucoup de monde, il fallait qu’ils trouvent  leur place pour filmer et je ne voulais pas que ça interfère dans l’écoute du public. Ils ont relevé le défi avec brio !

S-D : Quelle est la suite du projet ? Vous allez tourner ? En duo ? Avec d’autres musiciens en plus ?
K.L : Oui, des dates sont actuellement en train de se monter, mon manager y travaille avec nous. Pour l’instant, nous continuons en duo car c’est un exercice qui nous va bien, et que notre complicité ressort beaucoup, au service de la musique. Il y a aussi notre précieux ingé son David Benadon dans l’équipe, avec qui nous avons fait un gros travail de son. Et pour patienter jusqu’aux prochains concerts, une autre vidéo est à paraître en septembre.
Vous pourrez suivre tout ça sur nos 2 pages artistes :
Karen Lano : https://www.facebook.com/karen.lano.7/
Olivier Legall : https://www.facebook.com/olivierlegallmusic/


S-D : Tu nous présentes le premier extrait de la captation avec le titre « Hallelujah ». Ce titre de l’album est une reprise de la chanson de Leonard Cohen qui est devenu plus renommée auprès du grand public que l’original. C’est un titre devenu emblématique pour beaucoup de gens et pour plein de raisons ou d’occasions différentes… 
Quelle en est ta lecture ? Quelle est ton histoire avec cette chanson ?
K.L : J’aime ce texte car je le ressens comme très poétique, fondé sur l’amour et sur une idée de mystique. Ça me parle, j’aime cette dimension de quelque chose qui nous dépasse parfois par sa force, nous élève l’esprit, nous sort quelques instants de notre condition humaine. Pour moi, cette chanson évoque un temps suspendu, comme lorsque l’on admire quelque chose de beau et que le silence résonne dans une forme de profondeur. Je pense que Jeff Buckley l’a transcendé car il lui a donné cette résonance.

Merci Karen et encore bravo à vous deux !

On vous laisse donc découvrir la vidéo de « Hallelujah » en Live à La Passerelle.2.
Bonne écoute, et si vous voyez des dates près de chez vous, foncez ! 🙂