Ce mois-ci, 3 albums ont particulièrement tourné dans ma sono depuis leur sortie.

Cela fait longtemps qu’un ou plusieurs albums n’avaient pas provoqué chez moi cette addiction d’écoute en boucle. Alors voilà, je me suis dis qu’il fallait que je les partage avec vous !


 Ben Mazué – La femme idéale

Ce disque est un bijou de douceur et de beauté. La talent de Ben Mazué à trouver les mots qui touchent et font sourire à la fois n’est plus à prouver, mais avec cet album, il est au sommet de son art. 12 chansons qui font du bien, qui apaisent, qui bousculent, qui provoquent, qui portent, qui donnent de la force, qui donnent de la lumière…

Change, invente, arrache, crée / Charge, cogne, balafre les / Dès qu’ils te disent que c’est foutu, tu les fais taire. / Attends moi le monde /J’arrive, j’arrive, j’arrive / Je réveillais l’espoir / J’arrive j’arrive, j’arrive…

 


Tony Allen – The Source

The Source est le premier album de Jazz de Tony Allen. Sorti chez Blue Note, ce disque est un véritable chef d’oeuvre. L’enregistrement s’est fait sur bandes analogiques. De l’enregistrement à la gravure en passant par le mixage, aucune intervention numérique n’est intervenue. La qualité de son à l’écoute du vinyle sur une platine est juste fantastique ! Dans cet opus complètement instrumental, 11 titres à travers lesquels les multiples influences de Tony Allen se rencontrent non pas pour rentrer dans un jazz classique, mais bien dans un jazz qui lui est unique. Habité par le parcours de Tony Allen, cet album est rempli d’une richesse musical comme il y en a peu. C’est sans aucun doute un de ses plus beaux disques !

 


Neil Young – Hitchhiker

Cet album, quand il est arrivé dans ma sono, il ne l’a plus quitté pendant plusieurs jours. Il a tourné en boucle. Je me suis laissé porter, envahir, et imprégner par la musique. J’ai été embarqué dans un voyage dont j’avais envie d’en saisir chaque nuance, chaque couleur, chaque détail… Il y a tellement de choses dedans, que je crois qu’il fait parti de ces albums dont on ne peut jamais vraiment tout en saisir. Et c’est certainement une des raisons qui en font un grand disque. Cet album, Neil Young l’a enregistré en une seule nuit, en 1976. À l’époque, il trouvait certains sons trop “rocailleux”. Le disque n’était donc pas sorti et 8 des 10 titres ont été ré-enregistré pour d’autres albums de l’artiste. Aujourd’hui, c’est une chance que l’artiste ait choisi de faire le cadeau de partager cet enregistrement, qui pour moi fait parti des plus beaux de sa discographie.