Le Top 20 de Samuel Cajal !

On a tous des artistes, des albums, des chansons et des concerts qui nous ont particulièrement marqué. Aujourd’hui, on vous livre le Top 20 de Samuel Cajal (auteur, compositeur, interprète) !

CONCERTS:

-Noir Désir au Dôme à Marseille en 1996
Mon premier gros concert, souvenir indélébile, 3h de show, le groupe au sommet de son art selon moi sur la tournée de 666 667 Club.


-Rage Against The Machine au Festival Rock à Paris au Parc des Princes en 1997
Autre souvenir de jeunesse indélébile, j’avais 16ans, on était parti avec des potes de notre bled du sud de la France pour monter à la capitale, toute une aventure. L’affiche du festival était royale L7, Prodigy, Mass Hysteria, FFF, NTM… Mais le top de la journée fut sans conteste le set de RATM, Zack De La Rocha s’est d’ailleurs pété la cheville durant le concert.


– Shannon Wright et Regina Spektor à la Boule Noir en 2004
Un des concerts fondateurs avec mon pote Guilhem Valayé, avant qu’on forme 3 minutes sur mer. Nous étions déjà fan de Shannon Wright qui avait sortie quelques mois auparavant l’album « Over the sun ». La soirée commence avec une inconnue pour nous en première partie, Regina Spektor, une sorte d’ange descendue du ciel, piano voix, simple, émouvant. Toute la salle est retourné par ce petit bout de femmes. Ensuite vient le tour de Shannon Wright, l’intensité, la fêlure gueule ouverte. Nous sommes sortis retournés de cette soirée mémorable.


-Les Ongles Noirs à La Calhutte Off des Francofolies de La Rochelle en 2012
C’est notre copain Fanch qui programmait dans ce petit bar, il nous avait invité avec 3 minutes sur mer, on arrive la veille et on assiste à ce concert des Ongles. Je me souviens m’être fait la réflexion qu’il s’agissait là du meilleur groupe français que j’avais vu en live depuis très longtemps. Je le pense toujours. Le groupe s’est malheureusement séparé depuis.

-Louis-Jean Cormier en solo au Divan du Monde en Décembre 2016
Au delà des qualités du Monsieur, de ses chansons et de sa coolitude sur scène, je n’ai jamais vu un concert  en guitare voix avec un tel son. Bluffant.

ARTISTES:
 
-The Doors
Je me souviens encore des papillons figurants sur la rondelle du vinyle d’American Prayer que mes parents écoutaient régulièrement. Evidemment fasciné par Jim Morrison quand j’étais ado, je me rend compte maintenant à quel point j’ai aussi été marqué par le jeu de Roby Krieger.

-Fela
Encore un héritage parentale, impossible d’écouter ça sans remuer les hanches ! Egalement une influence majeur pour moi avec ses thèmes mélodiques simples et leurs répétitions hypnotiques.

-Troy Von Balthazar
L’ancien chanteur du groupe Chokebore, Mon idole ultime, j’aime tout chez lui, sa musique, son humour sur scène, sa profonde singularité. Un artisan lumineux.

-Philippe Katerine
J’aime tout ses disques, pour moi , c’est le Bobby Lapointe moderne. S’il parait si décalé dans notre monde moderne c’est, je crois ,parce qu’il n’ y a pas une once de cynisme chez lui.

-Trent Reznor (Nine Inch Nails)
Découvert un peu sur le tard, ce mec est un génie absolue.

ALBUMS:
 
-Refused : A Shape of Punk to Come
Souvenir de mon adolescence énervé. Ce disque est une référence chez tout les amateurs de Punk-Rock.

-Dominique A : Auguri
Ma porte d’entrée dans le monde du grand Dominique A. Peuplé de quelques pépites. Avec le recul, ce n’est son meilleurs disque je trouve mais que voulez-vous ? Un premier amour ne s’oublie pas.

-Flotation Toy Warning : Bluffer’s guide to the flight deck
Découvert il y a quelques années grâce à mon ami Bertrand Betsch. Un disque lumineux, addictif, profond et artisanal. Parfait pour tailler la route. Loin.

-Chokebore : A taste for bitter 
On ne peut pas lutter contre son adolescence. Disque découvert au milieu de la vague néo metal de mes années lycées. La voix de Troy Von Balthazar, la mélancolie poissarde des chansons, la lenteur d’un film de Jim Jarmusch.

-Arlt : La langue
Déjà, ce disque est une référence au niveau du song writing. Sur scène la magie est également au rendez vous, même si j’ai eu besoin de les voir deux fois pour rentrer dans leur univers. La première fois, je ne comprend pas, les paroles sont trop étranges, trop de répétitions, lui a une voix atroce, elle, une voix bizarre. Quelques mois plus tard je les revois et m’aperçois avec effarement que j’ai un immense plaisir à retrouver toutes ces apparentes imperfections qui n’en sont pas. Je comprend alors que 1/je suis un con. 2/ces gens sont des alchimistes qui ne préoccupent que d’une chose: l’essentiel.

CHANSONS:
 
-Félix Leclerc: La chanson du pharmacien
Traumatisme de mon enfance !

-Nirvana : Smells like teen spirit
1992, j’ai 11 ans, je suis chez mon copain Stephane Domenge et il me fait écouter ça. Un monde s’écroule.

-Mendelson: 1983(Barbara)
Monsieur Pascal Bouaziz,  l’Univers te remercie d’avoir écrit ça, et je me joins à lui.

-Gérard Manset: Vive les hommes
Issue de l’album « la mort d’Orion » , Monsieur Manset a 25ans lorsqu’il nous pond ce chef d’oeuvre.

-Dick Annegarn: Pire
Pour finir j’hésitais avec Pain Noir (de l’île), Bertrand Betsch (toute la beauté du monde) ou Bertrand Belin (le mot juste), mais je vais choisir le vieux Dick Annegarn car cette chanson « pire » représente bien pour moi ce qu’est une chanson « parfaite ». Et puis la classe du bonhomme…

Bonne écoute, et à bientôt pour un nouveau Top 20 !