Il y a quelques jours, Cali était à l’Espace Dispan de Floran de L’Hay les Roses dans le cadre du Festival de Marne. Durant cette soirée, il a présenté en grande partie les titres de son dernier album “Les choses défendues”. 

Il est a peine monté sur scène que le public est déjà debout à applaudir, puis dès ses premiers mots un silence respectueux s’installe. La connivence entre Cali et son public est indiscutable. Passé ce joli moment suspendu, il a suffit d’un geste de l’artiste pour qu’une grande partie de la salle quitte sa place pour venir debout devant la scène. La soirée commence fort et l’énergie lumineuse de Cali est impressionnante tant elle est communicative. Des chansons légères, des titres profonds, des bouts d’histoires, des morceaux de vie… Le répertoire de Cali est varié et parle à beaucoup.


De tous ses albums, il y en a un qui m’a vraiment touché, c’est “l’âge d’or”. C’est ce disque qui m’a donné envie d’aller voir Cali sur scène pendant la tournée qui a suivi l’album. Je me rappelle encore de l’énergie parcourant tout le zénith et des sourires des gens dans le public. Pendant ce concert de début octobre dans cette salle plus intimiste (350 places) de L’Hay les Roses, j’ai vu la même chose. La même énergie, la même lumière, le même bonheur dans le regard des gens.


Il suffit de 2 minutes pour savoir que Cali est à sa place sur scène. Il n’est pas en démonstration “commerciale”. Il donne, il partage, il va à la rencontre des gens, chaque soir, dans chaque salle. Il fait parti de ces artistes généreux qui font ce métier par passion et donnent toujours autant. Il fait parti de ces artistes qui savent enflammer une petite salle comme un zénith. Il fait parti de ces artistes dont l’énergie impressionne et dont la sensibilité touche. Il fait partie de ces artistes qu’il faut voir sur scène pour comprendre qui ils sont et tout ce qu’ils ont a donner. Cali, c’est de la chanson aussi rock que douce. Il est tout aussi bluffant dans l’un que dans l’autre. Il y a l’artiste qui court, qui saute, qui danse avec le public, et il y a celui qui a cappella met toute la salle en suspend sur le fil de ces mots.  


De Cali je ne peux pas dire que j’aime tout le répertoire, mais ce qu’il se passe sur scène, c’est beau, vraiment.