Début octobre, Govrache était en 1ère partie du concert de Gauvain Sers à Conches-en-Ouche. Ça a été l’occasion pour moi de redécouvrir complètement cet artiste.

Avant ça, j’avais déjà croisé Govrache quelques fois en concert ici et là à Paris, en co-plateau ou comme invité. Je n’en gardais pas un souvenir particulièrement marquant, voire même plutôt celui que son univers musical ne me parlait pas. Je n’attendais donc rien de spécial au moment où il est monté sur scène ce soir là. Et là, sans que je ne vois rien venir, il m’a surprise, bousculée, et touchée. Alternant chanson et slam, il nous emmène là où il veut. De l’humour à l’amour, des textes engagés à ceux un peu plus légers, tout fonctionne. Le public se laisser porter par l’énergie communicative et ne lésine pas sur les rires et applaudissements, puis le titre d’après reste suspendu à ses mots avec attention et émotion.

L’intensité de l’interprétation de “L’homme trottoir”… “Alors on crie « scandale », planté devant l’écran /La fourchette à la bouche et la larme à l’œil / Mais le pays se rendort vite, et au printemps suivant / Il fermera les yeux…et un centre d’accueil /Et tout ça, ça s’passe là, dans nos rues, nos quartiers / Et ça nous choque même plus / Il y’a des gens qui meurent quasiment à nos pieds / Et ça nous choque même plus / Et ça nous choque même plus / Et ça nous choque même plus…




Pas de doute, j’apprécie particulièrement ses titres en slam. Ça tombe bien, il parait que c’est par là qu’il se dirige pour le nouvel album.

L’évolution en quelques mois est impressionnante ! Ce qui est sur, c’est que aujourd’hui Govrache est à sa place sur scène. Si il y a bien une chose sur laquelle on ne peut pas tricher, c’est la réaction de public. Ce soir là à Conches, il était clairement conquis et lui fera une standing ovation à la hauteur du moment que Govrache venait d’offrir. De ce qu’on m’a dit, c’est le cas chaque soir. Alors voilà, tout est dit. Govrache fait partie de ces artistes qui dessinent des sourires sur les visages et apportent du bonheur aux gens, et ça, c’est précieux !

Le 26 novembre il sera en concert au Zèbre de Belleville (Paris). Pour réserver, c’est par ici: https://www.weezevent.com/govrache-au-zebre