Samedi soir, c’était la première date de la tournée “Méditerranéennes”. Six grandes voix étaient réunies sur scène pour l’occasion. Julie Zenatti, Chimène Badi, Samira Brahmia, Elisa Tovati, Nawel Ben Kraiem et Slimane ont offert une grande soirée d’émotion, de bonheur et de partage.

Crédit photo: F.Touitou


“Méditerranéennes”, c’est un projet collectif monté par Julie Zenatti. Comme elle l’a si bien dit samedi, “ “Méditerranéennes” ce n’est pas un album féministe, c’est un album féminin. Ce n’est pas un album politique, c’est une parole. Ce n’est pas un album communautaire, c’est un album de partage, d’échange, de tolérance et de respect.” Le disque est sorti fin mars 2017. Nous avions d’ailleurs rencontré Julie Zenatti et Chimène Badi quelques jours avant pour en parler. Pour lire l’interview, c’est par ici: Julie Zenatti et Chimène Badi – Méditerranéennes.

Pour ce premier concert de la tournée « Méditerranéennes », le rendez-vous était donné dans une salle particulière, une salle dans laquelle le message que porte ce projet résonne particulièrement fort… Le Bataclan.

 

Crédit photo: F.Touitou

Les premières notes de “Amal” sonnent, le silence s’installe dans la salle, puis, des tonnerres d’applaudissements. Tout le monde est conscient que c’est de début d’un concert particulier. En quelques secondes j’ai la chair de poule comme je n’ai pas souvenir de l’avoir eu depuis bien longtemps. L’intensité et l’émotion se ressentent dans les voix de Julie Zenatti et Chimène Badi. Les titres s’enchaînent, les voix se rencontrent et se mélangent. On se laisse emporter en voyage avec les “Méditerranéennes”, passant de l’émotion en équilibre sur un fil à l’énergie débordante qui fait lever et danser la salle. Les voix à la fois fortes et sensibles portent à la perfection chaque mot et sont accompagnées de bien belle façon par les très talentueux Olivier Monteil (à la batterie), David Hadjadj (au piano), David Naulin (au violon) et Michel-Yves Kochmann (à la guitare, à la basse et au oud). Il y a eu tant de beaux moments ! Si il fallait en souligner certains, ça serait peut-être “Amal”, “Babel”, “Ssendu”, “L’exil” “Et si en plus y’a personne” et “La Alegria” pour leurs moments suspendus… Et “Zina”, “Beautiful Tango”, “Au café des délices”, “Les amis” et “Je dis aime” pour leur lumière. Comment ça j’ai cité la moitié du concert ?! Ok, mais il s’est passé tellement de belles choses que c’est impossible de faire autrement. Il y aurait de quoi dire sur chaque titre, mais plutôt que de le faire, je préfère vous dire d’aller le découvrir par vous-même pendant la suite de la tournée “Méditerranéennes”. Parce que ce qui se passe réellement dans la salle est indéfinissable. Ce ne sont pas “juste” des chansons, c’est du coeur, de la force, de l’humanité, de la bienveillance, du respect… Une main, non, pas juste une, deux. Deux mains tendues vers les autres… Ça ne se raconte pas, ça se vit.

Crédit photo: F.Touitou


La fin du concert arrive après presque 2h de spectacle. On a pas vu passer le temps. Les derniers mots du dernier titre arrivent… “Je dis aime et je le sème, sur ma planète. Je dis m, comme un emblème, la haine, je la jette.” Que c’est beau de terminer de cette façon. Le public lui aussi chante, et même cri “Nous on dit aime ! Nous on dit aime ! Nous on dit aime !” avec tant de cœur que je pense que ça résonne encore entre les murs. Voilà pour ce que je peux vous raconter. Pour le reste, il fallait être là. Pour ressentir cette émotion alliée au bonheur. Pour recevoir toute cette force et cette énergie positive. Et pour voir dans les yeux de ces “Méditerranéennes” l’intensité et la fierté de porter ce message, et de l’avoir partagé ce soir-là, de cette façon-là, à cet endroit-là.  

 


Je ne le fais jamais ici, mais cette fois-ci, c’est particulier. Pour le courage et l’énergie déployés pour monter et porter ce magnifique projet dont il est évident qu’on en a réellement besoin dans le contexte actuel, j’ai vraiment envie de remercier Julie Zenatti et Chimène Badi, mais également tous les gens qui font que ce projet existe sur disque mais également sur scène. Chanteurs, musiciens, producteurs, techniciens, staff…Ce qui s’est passé sur la scène du Bataclan ce soir-là était un moment rare et un moment qui fait du bien ! Bravo à tous et merci !!!