Samuel Cajal sortira sont premier album « Une issue » le 19 octobre. À cette occasion, nous lui avons quelques questions et nous avons filmé une session acoustique d’un titre chez lui.

©Pierrick Guidou

FilZIk: Comment définirais-tu cet album en quelques mots ?
Samuel Cajal: Bordélique et élégant. Un autre mot pour caractériser ce disque : fluidité. Tout s’est vraiment fait de façon très fluide. Humainement tout s’est fait en bonne intelligence, dans une bonne ambiance et avec une certaine coolitude.

FilZik: Tu as choisi de mettre en avant en premier le titre « Tu mords » avec un clip. Pourquoi ?
Samuel Cajal: Parce que c’est le titre le plus pop et le plus évident. J’ai beaucoup hésité. À la base je voulais plutôt que ce soit « Fou dehors », mais ça se tenait de commencer par un titre un peu plus « ouvert » pour donner envie aux gens d’aller écouter le reste.

FilZik: Qu’est-ce que tu peux nous dire sur les musiciens avec qui tu as enregistré cet album ?
Samuel Cajal: Ils sont cool et fluide ! Johan Guidou, qui a réalisé et mixé le disque , à fait les batteries, quelques synthés et Matthieu Lesénéchal, qui est la définition même de la coolitude, a fait du synthés, du piano et les interludes bizarres.

FilZik: Le disque sort le 19 octobre, et le 20 tu seras sur la scène de l’O’Gib (Montreuil) pour fêter ça. Qui est ce qui t’accompagnera pour cette date ?
Samuel Cajal: Je serai accompagné par Nelly Lavergne (Nellyla) et Matthieu Lesénéchal. L’avantage de ces deux personnes, c’est qu’ils ont tellement de talent que ce sont des couteaux suisses. Nellyla, elle peut chanter, elle peut faire du synthé, du piano, de la batterie… Elle fait tout bien, et elle groove ! Mat, c’est pareil. Il peut faire de la basse, de la guitare, du clavier. J’ai l’embarras de choix de ce que je leur donne comme partie. Je garde quand même le sampler pas loin parce que je vais quand même jouer quelques titres seul.

FilZik: Après cette date, tu as prévu de tourner dans quelle formation ?
Samuel Cajal: Dans un premier temps je ne me fais pas trop d’illusion, je vais sûrement tourner surtout en solo. Après, si je peux partir à deux ou trois, ça sera sans aucune hésitation parce que ça fait du bien, et que la musique, c’est quand même fait pour être partagé. Je commence à apprécier de plus en plus le solo, mais il y a clairement quelque chose qui me manque dans le pourquoi je fais de la musique. Je suis vraiment un mec de groupe. Jouer à plusieurs, pour moi c’est hyper important.

FilZik: Maintenant que ce premier album est fait, tu es déjà en train de penser à un suivant ?
Samuel Cajal: Oui. Pour l’instant j’en parle à certaines personnes. Les chansons sont déjà là. Il faut prendre le temps de faire vivre ce premier album, mais rentrer en studio dans un an ça serait cool.

Une issue

1. Tu mords
2. Lâche prise
3. Fou dehors
4. Think
5. Plus de place pour le silence
6. Coeur Noir (avec Wilfried Hildebrandt)
7. Indigné (avec Nellyla)
8. Assassin
9. Décibels (avec Karina Duhamel )
10. Langoureusement
11. Une issue

Textes, musiques, guitares, basse, synthés et programmations: Samuel Cajal
Réalisation, mixage, batteries et synthés: Johan Guidou
Pianos, synthés et autres absurdités sonores: Matthieu Lesenechal
Label – Édition: La Couveuse

Pour réserver votre place pour le concert de sortie du disque, le 20 octobre à l’O’Gib : https://www.weezevent.com/samuel-cajal-pauline-drand