Après avoir sorti le titre « The People » il y a quelques mois, David Abakan (alias Abakan) revient avec un nouveau single « Perfect Paradise ». Il fait partie de nos coups de coeur de ces derniers mois, alors on a envie d’en savoir plus sur son parcours et ses projets. 

FilZik: Peux-tu te présenter et résumer ton parcours musical en quelques phrases ?
Abakan: Je m’appelle David Abakan, je suis compositeur, interprète et après un premier album sorti en 2014 (A New man), je reviens fin Novembre dernier avec un single intitulé « The People » distribué par Active Records et le 13 février avec le titre « Perfect Paradise ». J’ai grandis en banlieue parisienne, dans une famille ou la musique avait une place importante. Des oncles musiciens mais surtout un père guitariste chanteur qui était, à l’époque, lui même investi dans sa musique. On allait le voir en concert et longtemps j’ai cru que tous les pères, se retrouvaient sur scène le week end, en lunette noire et pantalon zébré 🙂  

FilZik: Quand et comment la musique est-elle rentrée dans ta vie ?
Abakan: Ça a donc commencé très tôt. Et jusqu’à mes 12/13 ans j’écoutais principalement ce qu’on écoutait à la maison. Un mélange d’influences soul/rock des années 70 avec des artistes tels que Joe Coker, Earth Wind & Fire, Eagles, Stevie Wonder, Chaka Khan, George Benson etc. C’était bien loin de ce qu’écoutait la grande majorité de mes camarades de classe à cet âge mais cette musique résonnait tout particulièrement en moi… Le chant est venu naturellement, mais restait de l’ordre de l’intime et il a fallut ma majorité pour réellement l’assumer auprès des autres. J’ai eu alors la chance de faire mes armes sur scène, aux côtés même de mon père et ce pendant plus de 15 années.

FilZik: Est-ce que tu as un souvenir musical (disque, concert…) d’enfance ou d’adolescence qui t’as particulièrement marqué ?
Abakan: La vie d’un artiste en herbe est forcement marquée par de nombreuses rencontres musicale qui nous permettent, à l’arrivée, d’affiner la musique que l’on souhaite faire à notre tour. Dans ce sens des groupes plus récents comme Incognito ou Brand New Heavies m’ont véritablement inspiré, mais je me souviens encore du choc après avoir découvert pour la 1ere fois Donny Hathaway.

FilZik: Après avoir sorti ton album  “A New Man” en 2014, tu as pu présenter tes titres sur de belles scènes parisiennes mais aussi de faire une petite tournée asiatique (entre Manille et Singapour). Qu’est ce qui t’as donné envie d’aller présenter ta musique là-bas et comment est-ce que ça c’est passé ?
Abakan: Quand tu es Français et que tu décides de chanter en anglais, dans un registre assez Soul en plus, ce n’est pas évident de trouver échos en France, surtout auprès des médias. C’est de moins en moins le cas mais nous sommes encore loin comparé à certains pays d’Europe et du monde qui donnent une place importante à ce style de musique. L’Asie en fait clairement partie. Il se trouve que le bassiste du groupe, Rubens Levy, connait bien cette région du monde pour y avoir vécu et joué. Il nous a donc soumis l’idée et on a décidé avec un peu d’aide de sonder des lieux en présentant simplement notre musique. Et ça a plu, au point de vouloir nous programmer. A l’arrivée, ce fut une expérience incroyable tant sur le plan musical qu’humain avec des rencontres et des échanges d’une richesse rare.

FilZik: Tu as sorti le single « The people » en novembre, et un nouveau titre « Perfect Paradise » vient de sortir. Peux-tu nous parler de ce nouveau titre très intimiste ?
Abakan: Après la sortie de mon 1er album il n’était pas si évident d’enchaîner. Déjà par ce que j’y avais laissé pas mal d’énergie mais aussi par ce que j’avais simplement peur de faire moins bien et donc de décevoir. Puis votre regard sur le monde évolue et on se retrouve avec de nouvelles choses à dire. Après avoir invité les gens à se reconnecter dans « The People », qui était un constat assez « dur » sur la manière dont nous interagissons de nos jours, j’avais envie d’aborder un thème personnel mais tout aussi universel, la quête du bonheur et ce besoin d’être en phase avec soi-même. Titre que j’ai composé, sur un texte délicat de Crystal Petit, je l’ai volontairement voulu sobre, épuré, sans artifice, que ce soit dans le traitement de la guitare (jouée par Nyr Raymond) ou bien de la voix. Un instant comme suspendu, au son du chorus de bugle de Vincent Payen, ou l’on pourrait s’écouter respirer et prendre conscience que la vie est belle, même en étant qui nous sommes. Le tout sur fond de Tel aviv, ville qui fait à présent partie intégrante de ma nouvelle vie et qui fut un superbe terrain de jeu. 

FilZik: Après avoir sorti ces deux titres, est-ce qu’un disque et / ou des concerts sont prévus bientôt ?
Abakan: Mon expérience avec mon 1er album m’a donné envie de faire les choses différemment. J’essaie de prendre les titres les uns après les autres, en travaillant de front l’aspect visuel et musical. Je travail déjà sur la préparation d’un nouveau morceau pour les beaux jours. 🙂

FilZik: Ces nouveaux titres seront-ils disponible en physique (cd ou vinyle) ?
Abakan: Pour le cd cela me semble difficile au vu de la dématérialisation et la disparition programmée de ce support. Le vinyle est par contre une option qui pourrait exister en effet 😉

FilZik: Quelle est la place de la musique dans ta vie aujourd’hui ?
Abakan: Elle prend beaucoup de place, mais j’ai aussi compris qu’il fallait vivre des choses en dehors, avec ses proches, pour pouvoir se renouveler et avoir des choses à dire qui ai du sens.

FilZik: Qu’est ce que tu écoute comme musique en ce moment ?
Abakan: En ce moment, je bug pas mal sur le dernier album de Bernhoft et celui de Joey Dosik, mais j’écoute aussi des artistes moins connues comme Samm Henshaw.

FilZik: Quels sont tes projets pour les mois à venir ?
Abakan: Même si Perfect Paradise est une belle parenthèse, je travaille déjà sur un titre groovy, avec surement une collaboration qui reste encore à définir.. Je reviendrais vous en parler avec grand plaisir ! 🙂

FilZik: Quelle serait ta définition de la musique ?
Abakan: Surement un des derniers moyens qu’il nous reste pour rapprocher les peuples..

Site: www.abakan.fr
Page Facebook: www.facebook.com/abakanmusic