Rencontre avec l’inégalable trompettiste multi-intrumentiste lors du Festival du Bout du Monde…

 

Bonjour Ibrahim, merci de nous accorder un peu de ton temps pour FilZik …

Bonjour !

Si on repart un peu à la genèse de ton parcours, ce qui t’as donné envie de devenir musicien professionnel …

J’ai été éduqué dans une famille d’artistes et j’ai grandi dans une famille de musiciens. Je pense que ça m’a paru évident, à un moment donné de ma vie,  d’utiliser tout ce que j’ai pu apprendre, entendre et écouter pendant toute mon enfance.

 

Tu as été bercé dans l’univers musical …

Oui complètement, mon père est trompettiste et ma mère pianiste. J’ai vite compris que c’était important dans ma vie en tout cas !

 

J’ai cru comprendre que ta trompette pouvait avoir une tonalité particulière quand tu jouais , telle une voix pour un chanteur …

Je pense que tu fais référence à plusieurs articles qui parfois disent que ma façon de jouer peut ressembler à une voix humaine. Mais ça c’est pas la trompette, c’est chaque musicien qui a sa manière de jouer de son instrument. Ma manière de jouer doit leur évoquer cela 🙂 (rires)

 

Si on parle de tes premiers souvenirs sur scène, tu dirais …

Ben ici à Crozon ! C’était une de mes premières dates, en 2008. Je venais à peine de sortir un album et Jacques Guérin (fondateur du Bout du Monde) a cru en moi et m’a invité à jouer sous le chapiteau. Ça a été un moment dingue, la première fois que les gens entendaient ma musique , ils étaient fous ! On a dansé et chanté comme des fous !

J’ai d’ailleurs immortalisé ce moment sur mon 2ème album (2009). J’avais enregistré tous les publics de la tournée, je disais aux gens que j’allais choisir la plus belle version et c’est Crozon qui a gagné !

 

J’ai vu, entendu et beaucoup apprécié tes nombreuses collaborations, très éclectiques (rock, variété, jazz…) Est-ce que tu en as une qui te tient le plus à coeur et une qui te ferait rêver ?

Celle qui me ferait rêver je ne sais pas car j’ai fait tellement de trucs vraiment « ouf » que j’ai du mal à me projeter . Mais beaucoup ont été fondamentales pour moi dont celle avec Lhasa De Sela. Elle était une chanteuse américano-mexicaine, une vraie nomade, qui m’a mis le pied à l’étrier. Elle a été la première, j’avais 23 ans, à m’encourager à jouer mon style au milieu de sa musique. Elle a marié mon son à sa musique et m’a montré qu’on pouvait créer de la musique qui ne ressemble à rien d’autre.

Si vous écoutez les 3 albums de Lhasa, ce sont des petites pépites, des chefs d’oeuvres qui ne ressemblent absolument à rien d’autre qu’à eux même. Donc oui , ça a été une grande , grande leçon cette rencontre, que je garde précieusement dans mon coeur, pour longtemps.

 

Tu vas sortir ton prochain album « S3NS » qu’on peut lire SENS ou SENS 3, le 27 septembre prochain… 

Il y a écrit « Sens » c’est ce qui compte !

On part sur un onzième album après un beau chemin déjà parcouru, comment as-tu trouvé l’inspiration pour ce nouveau voyage ?

Pour mon cas c’est la somme de beaucoup de choses… Je collabore depuis des années avec des musiciens sud américains notamment cubains. J’ai fait des collaborations incroyables avec des musicien(ne)s cubain(e)s. Une partie de ma famille est sud américaine, je vis avec l’Amérique du Sud depuis plus de vingt ans. Ma fille de bientôt 10 ans parle et comprend l’ espagnol…

Je ne l’avais jamais affiché clairement, j’avais fait quelques incursions auparavant et là j’ai eu envie de mettre cela en avant ! Il y a vraiment plein de raisons à ce nouveau projet que je pourrai en parler des heures (rires) …

 

Une envie de transmettre un peu de soleil, de nous emmener en voyage ?

C’est assez dépaysant comparé aux précédents albums. C’est assez joyeux, on va ailleurs sur une autre planète!

Je suis très content en tout cas, il sort le 27 septembre et le lendemain on sera à Brest en concert à l’Arena. Et pour fêter ça, j’ai mis en vente les places en fosse à moitié prix pendant le Bout du monde ! C’est une manière de vous remercier d’être venu ce soir et de leur permettre de revenir une deuxième fois 😉

On te sent l’âme généreuse…

Ben on essaie d’aider un peu les gens… On sait que faire un concert ça coûte cher à faire parfois les prix peuvent être élevés. Je me dis que tous les gens venus ce soir n’ont pas forcément les moyens de racheter une place à la rentrée donc moitié prix pour tout le monde ça aidera 🙂

Si je repars sur le titre qui m’a beaucoup marqué  « Red and black lights » version avec les enfants, un titre dont je ne m’en lasse pas … Quel lien entretiens-tu avec cette jeune génération? 

J’entretiens un lien vraiment très très chouette avec eux car j’enseigne depuis l’âge de 17 ans. Ça a été mon premier job et ça l’est toujours aujourd’hui ! J’enseigne encore mais moins, faute de temps mais toujours via des séances d’improvisation. J’ai enseigné dans des conservatoires (municipaux et régionaux), les associations, les pôles supérieurs d’enseignement pour les professionnels. J’ai un parcours de prof, mes deux parents étant profs aussi et presque tout mes ancêtres ont été profs donc j’ai toujours ce lien assez privilégié avec les jeunes.

Ce qui fait que je rencontre des centaines de jeunes chaque année, des milliers depuis le début que je croise, fait monter sur scène avec nous pour jouer ou donne des cours.

Il y a une symbiose qui s’est fait depuis des années, ma musique a même été au Bac musique pendant 2 ans ! Ce lien est fort et c’est chouette ! Ce soir d’ailleurs, sur scène, je fais monter des jeunes d’une association Intermèdes Robinson et leur troupe Aven Savore. Des enfants qui vivent dans des bidons ville en France , dans des conditions assez déplorables. L’association lutte contre les préjugés sociaux et l’anti ziganisme qui existe depuis pas mal d’années en France. J’avais envie de partager la scène avec eux, faire la fête et les mettre un peu en avant !

C’est très coloré , très joyeux ! Ce sont des enfants extraordinaires !

As-tu déjà pensé à travailler pour la Petite enfance …

Ça m’est déjà arrivé de faire des collaborations avec différents établissements pour de l’initiation à l’improvisation. Notamment avec des écoles maternelles, des crèches… J’ai monté un festival à Etampes près de Paris, il y a 4 ans, nous avons développé le projet avec des hôpitaux (dont psychiatriques) pour des concerts ou des ateliers.

 

On te retrouve ce soir, sur scène avec un orchestre multiculturel …

Oui le projet « Sens » avec mes musiciens habituels et des musiciens cubains qui nous rejoignent pour faire la fête avec une petite touche cubaine !!

 

Il n’y a plus qu’à découvrir ça alors  ! Merci !

Ben j’espère ! Rendez-vous à Brest alors et ensuite dans toute la France ! Merci beaucoup !

 

Photos souvenirs du concert au Bout du Monde 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Liens web :

Son site officiel : https://www.ibrahimmaalouf.com

Instagram : https://www.instagram.com

Facebook : https://www.facebook.com/ibrahim.maalouf/

Twitter : https://twitter.com/ibrahim_maalouf