Claire Days – « La scène, c’est essentiel et sacrément complexe. C’est enivrant et extrême. »

Claire Days a sorti « Lava », son EP 7 titres, fin janvier. Une belle découverte, qui nous a donné envie d’en savoir plus sur elle, sur son parcours et sur son univers musical.

 

Quand et comment la musique est-elle arrivée dans ta vie ?
A la crèche, on m’appelait la « Castafiore », donc faut croire qu’elle est arrivée très tôt, la musique. À 7 ans, j’écrivais des chansons sur des bouts de papier et je les chantais en boucle pour « quand je ferai un album ». J’ai ensuite écouté tous les CD du médiabus (médiathèque ambulante remplie notamment de CD, qui venait chaque semaine sur le parking en bas de chez moi), d’Alicia Keys à Janis Joplin (ma grande découverte du collège), en passant par Linkin Park, Kate Bush, Muse, Lou Reed, Sum 41… Je dirais donc que la musique est arrivée dans ma vie par les cassettes audio, puis les CD, et aussi grâce à ma mère qui chantait beaucoup.

Quand t’es-tu dis que ça allait devenir plus qu’un loisir et que tu avais envie de faire des albums ?
Je l’ai toujours pensé très fort, mais j’ai fait en sorte que ça devienne une réalité après une période pas très simple, en 2017. Je me suis fait violence pour ne plus « cacher » que je faisais et écrivais de la musique. J’ai enregistré un morceau puis un autre, puis encore un autre, avec un ami d’ami, Karim Attoumane, qui a un home studio. Au bout de 7 morceaux, il m’a dit « ben ça fait un gros EP là, Claire ». Et voilà.

Quels sont les artistes qui t’ont inspiré ou marqué et pourquoi ?
Pas facile de choisir. Aujourd’hui, une multitude d’artistes m’inspirent au quotidien. Je vais plutôt revenir aux débuts avec les quelques ouvrages qui ont marqué ma façon de concevoir la musique :

– le DVD live 1994 de The Cranberries : c’est en regardant Dolores O’Riordan jouer de la guitare que je prends moi-même une guitare et me mets à l’imiter. C’est comme ça que j’apprends la guitare.

– l’album The Whole Story de Kate Bush : ma mère l’écoutait dans la voiture, je trouvais ça à la fois inquiétant et profond, je chantais à tue tête avec ma sœur.

– le premier album de Linkin Park : je suis en CM2, je loue Hybrid Theory au médiabus (voir plus haut), mon monde change.

– le premier album de The do : je me rends compte qu’on peut faire mille choses à l’intérieur d’une chanson, c’est très inspirant.

– Perfect Darkness de Fink : l’album sort l’année de mon bac, et il me hante depuis, de la première à la dernière chanson, magnifique.

Tu as sorti ton EP “Lava” en janvier. Le premier mot qui me viendrait pour parler de ce disque c’est envoûtant. La musique, la voix… Il n’y a rien de trop, juste le beau, juste l’essentiel, qui vient chercher là où ça touche. Comment présenterais-tu ce disque ?
Merci ! « Lava », c’est six chansons qui étaient essentielles pour moi quand on les a enregistrées, entre l’été 2018 et l’été 2019. J’avais en tête cette image d’un flot lent, épais, progressif qui s’écoule sur 6 chansons, et qui donne forme à tous ces sentiments étranges, de « Intensity » – qui parle de l’instabilité des émotions et des humeurs – à « Different I », qui dit à demi-mot « tu m’as fait vivre la pire année de ma vie mais allez salut ». J’aurais pu choisir d’autres chansons, il y a aussi une part de hasard dans ces choses-là. La pochette en dit aussi beaucoup sur « Lava » : il y a du vide, de la couleur, un mouvement figé, du flou, des yeux à moitié fermés.

Tu es auteur, compositeur et interprète. C’est toi qui as écrit et composé tout ce disque ?
Oui et non. C’est une question intéressante car on pense – souvent à tort – que l’artiste est seul de A à Z, que l’œuvre finie est le fruit de sa seule imagination et d’un isolement total. Je pense qu’on peut prendre cette vision romantique de la création et la jeter à la poubelle – sauf rares exceptions. En général, pour moi, ça se passe comme ça : j’écris les paroles et la guitare, j’ai des idées d’arrangements, je les laisse mûrir un peu dans ma tête, j’arrange la chanson avec mes musiciens pour le live (gros travail d’équipe), je l’enregistre avec mon ami Karim Attoumane, on rajoute / enlève / modifie / abandonne certaines idées, et on laisse reposer. Ensuite, c’est un long travail d’orfèvre pour obtenir un objet dont je sois satisfaite.

Avec qui as-tu travaillé avec ce projet (musiciens et label) ?
Sur « Lava », on retrouve Cyril Billot (contrebasse) et Lucien Chatin (batterie), les musiciens qui m’accompagnent sur scène et qui sont aujourd’hui très importants dans l’esthétique du projet, et aussi des musiciens de studio pour les cuivres. J’ai travaillé avec Karim Attoumane, ami multi-instrumentiste, multi-casquette et détenteur d’un bien beau home studio à Corbeil-Essonnes. On maquette mes chansons ensemble, on cherche des choses puis on enregistre. J’ai aussi enregistré trois chansons au Mikrokosm studio à Lyon, dont « Movies » qui a littéralement éclos dans ce studio. Je travaille avec le label Archipel depuis presque deux ans.

Tu as tourné le clip d’Oslo avec Aurélien Vaudey, ton cousin qui est danseur. Peux-tu nous raconter l’histoire de ce clip ? Le lien entre la musique, le chant et la danse est magnifique…
Je voulais faire un clip avec lui depuis longtemps, il était à Paris début décembre, on a passé une journée dans un village abandonné et on a tourné. J’ai fait appel à la réalisatrice Shaan Couture qui a mis son talent, son regard précis et incisif au service de ma musique et de la danse d’Aurélien – on est tous scotchés par le résultat, moi la première, merci Shaan ! En général, j’ai du mal à dissocier musique et danse, car dans ma famille on dansait pas mal pour les anniversaires, noël, etc. Faire danser mon cousin sur ma musique, c’était comme me faire un cadeau, et offrir un bel écrin à cette chanson Oslo.

Est-ce qu’il y a un des titres de cet EP qui a une place particulière pour toi et si oui pourquoi ?
Movies ! On a enregistré ce morceau au dernier moment, il venait d’être écrit et arrangé avec mes musiciens. Pour moi, il a sa propre émotion, une mélancolie lumineuse et courageuse.

Tu chantes en anglais, et ça semble très naturel chez toi. Pourquoi ce choix ?
J’écris en anglais depuis l’école primaire, c’était ma langue d’expression un peu secrète. C’est resté et ça s’est renforcé pendant mes études (études de lettres et de langue). Dans ma deuxième vie, je suis traductrice alors l’anglais et moi, c’est une longue histoire.

Qu’est-ce que tu écoutes en ce moment ?
Nuria Graham, Gabriel Kahane, le dernier album de Fink. Allez tous les écouter !

Tu as eu le temps de faire le concert de sortie de ce projet avant le confinement. Comment s’est passé ce concert ?
Oui, c’était le 31 janvier, à Lyon, devant une salle comble, c’était magique. Merci aux personnes qui sont venues, c’était une sacrée claque pour nous aussi.

Dans quelle formation présentes-tu ce projet sur scène ?
On est trois ! Guitare électrique (moi), basse, claviers, chœurs (Cyril), batterie et bientôt chœurs (Lucien)  + notre ingé son.

Tu as des concerts de prévus les prochains mois (une fois que la situation sera débloquée) ?
Oui, malgré les annulations, les reports, etc., mais rien n’est confirmé donc on en reparle plus tard ! Par contre, je prépare un mini-EP pour la rentrée 2020 et un album pour l’année suivante (?) donc ça ne chôme pas !

C’est important pour toi la scène ?
C’est essentiel et c’est sacrément complexe. C’est enivrant et extrême (le son est fort, les lumières sont chaudes, on veut beaucoup, on donne beaucoup). Mais… c’est quand même un lieu où on se donne en spectacle, non ? Pour l’animal sauvage et plutôt timide que je suis, c’est un exercice déstabilisant – bien que salvateur. Ça me manque, ces temps-ci !

Page Facebook: www.facebook.com/iamclairedays

©Karim Attoumane

Catégories :InterviewsÉtiquettes : ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s