Volo – « On se prépare pour chanter, sans salle, et sans public, c’est un peu improbable »

Fredo et Olivier alias Volo ont sorti leur nouvel album “Avec son frère” mi-mars. Faute de pouvoir aller les voir présenter ces nouvelles chansons sur scène, nous leur avons posé quelques questions sur leur album et la situation actuelle.

Vous avez sorti votre album « Avec son frère » le 13 mars. Ce n’est pas évident de défendre la sortie d’un album en période de confinement. Comment vivez-vous cette période et comment se passe la promotion de ce disque dans les conditions actuelles ?

Effectivement la promotion de notre album est complètement bousculée par cette pandémie, mais comme ce qui se joue est beaucoup plus grave que notre situation personnelle ou artistique, on n’a pas de mal à faire la part des choses. Pour l’instant on arrive à tenir un rendez-vous régulier sur les réseaux sociaux, tous les deux jours à 18h, et chacun notre tour avec mon frère, on joue 3 titres de notre répertoire. Un morceau du dernier album, un titre qu’on joue encore sur scène, et enfin une chanson que notre public nous réclame. Ça nous fait retravailler des parties guitares qu’on n’a pas rejoué depuis plus de 10 ans parfois, ça fait voyager dans le temps.

Commencez-vous à avoir de la visibilité sur le report de concerts ? Quand aura-t-on la chance de vous retrouver sur scène ?

Pour ce qui est de la tournée, pour l’instant toutes nos dates ont été reportées à cet automne, on l’annoncera officiellement dans les prochaines semaines. Mais effectivement, il est trop tôt pour être sûr et certain que ça se fera.

En attendant de pouvoir retrouver la scène, vous avez fait, chacun de votre lieu de confinement, des Sessions live sur Facebook. Qu’est-ce que ça fait de chanter juste face à un écran, et d’avoir les retours de gens par commentaires et « j’aime » ?

C’est très sympa à faire, et voir comment on est remercié et encouragé, nous pousse à continuer. Maintenant à faire, c’est du jamais vécu. On se prépare pour chanter, mais sans son frère, pas de loges, pas de coulisses, personne ne nous prévient que l’on va bientôt monter sur scène, et surtout sans salle, et sans public, c’est un peu improbable.

Vous allez continuer à partager des moments comme ça avec les gens sur les réseaux sociaux ?

On comprend bien qu’on est parti pour un bon moment encore, mais vu le nombre de chansons qu’on nous demande de chanter, on va pouvoir tenir longtemps.

© Yann Orhan

Comment décririez-vous votre nouvel album en quelques mots ?

C’est toujours du Volo dans les thèmes, les inspirations, le mélange des voix, mais c’est une nouvelle approche grâce au travail d’arrangement, de mix, et de réalisation de notre camarade et ami Alexis Campet.

Vous avez collaboré avec le réalisateur Alexis Campet. Comment s’est faite cette collaboration Pourquoi avoir choisi de travailler avec lui ?

Frédo a rencontré Alexis à la sortie d’un studio, il y a quelques années. Alexis transportait du matériel, Frédo attendait, ils ont discuté et sympathisé. Quelques mois plus tard on enregistrait notre précédent album « Chanson Française » (2017). Frédo lui a proposé de réaliser quelques titres et la collaboration nous a plu à lui comme à nous.

Dans cet album, pour la première fois, il y a des titres sans guitares nylon ! Qu’est-ce que ça vous fait, de chanter sans guitares ?

Et oui ! Alexis a réussi là où tout le monde avait échoué. Il nous a proposé des arrangements sur quelques titres où la guitare nylon avait disparu. Je pense aussi qu’on était mûr pour ça après 20 ans… Sur scène également Alexis nous a proposé de lâcher notre guitare, on est tous les trois, on se retrouve à jouer alternativement de la basse de la guitare électrique et un peu (en ce qui concerne les deux Volo) de clavier. Alexis joue de tout très bien. On est très heureux de ce qu’on présente sur scène et pour nous c’est un petit challenge aussi.

Dans la chanson « Avec son frère », vous aborder avec beaucoup de douceur le thème des migrants. C’est un sujet dont vous teniez particulièrement à parler ou il est venu naturellement ?

C’est un sujet très important qui touche à plusieurs thèmes qui nous tiennent à cœur et en particulier à notre capacité à être fidèle aux valeurs dont notre république a fait sa devise. Plus globalement les situations tragiques dans lesquels se retrouvent de nombreuses personnes sont les conséquences de la globalisation économique, de sa violence, de la main mise et l’exploitation des ressources dont les guerres ne sont qu’un aspect stratégique.

La chanson « En vérité  » a été écrite à partir de la correspondance amoureuse entre George Sand et Alfred de Musset. D’où est venue cette idée ?

Il m’est arrivé souvent (Olivier) d’écrire des chansons à partir de lecture de texte. « Sous le feu » et « L’amoureux » (Album « Sans Rire » 2013) par exemple ont été respectivement écrites après la découverte (pour « Sous le feu ») d’un poème de François Villon dans le livre de Jean Teulé « Je, François Villon » et (pour « L’amoureux ») à la lecture du livre de Rolland Barthes « Fragments d’un discours amoureux ». Il y a encore d’autres exemples dans notre discographie. Dans ce dernier album j’ai également repris et joué autour du fameux poème « Chanson d’automne » de Paul Verlaine. En général, c’est un exercice que je ne m’interdis pas et qui m’amuse beaucoup.

Le clip de « En vérité » vient de sortir. Comment a-t-il été fait ? Vous aviez une idée de ce que vous vouliez, ou l’idée est venue de Luc David qui a réalisé le clip ?

Nous avions envie d’un clip « poétique » en tous les cas pas didactique et il se trouve que le premier retour que nous a fait Luc, sur la façon dont il envisageait de travailler sur ce titre, allait dans la même direction et du coup nous avons été faciles à convaincre.

Quels sont vos projets pour les prochains mois ?

Déjà que nous sortions tous le mieux possible de cette situation. Ensuite de recommencer notre métier et de pouvoir défendre nos chansons sur scène même si pour l’instant on a du mal à nous représenter à quoi pourrait bien rimer « des concerts masqués ».

De façon plus générale, espérer que ce drame nous servira collectivement pour commencer à poser les bases d’un vivre ensemble durable et juste… vaste projet.

Page Facebook: www.facebook.com/Volo.Officiel
Site internet: www.volo.fr

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s