Hawa Sow & The Soul Seeders – « La scène est primordiale, c’est l’endroit où notre musique vit. »

Le groupe Hawa Sow & The Soul Seeders sort son 1er album « Make It Happen » le 15 mai. Avec une belle énergie et une musique qui vient de l’âme, ils offrent un album qui fait du bien. On ne sait pas encore quand ça sera possible, mais on a hâte de pouvoir les voir sur scène ! En attendant, nous leur avons posé quelques questions.

© Thomas GEFFRIER

Vous avez été bercé par la soul quand vous étiez enfant. Quels sont les souvenirs musicaux qu’il vous reste de cette époque ?

Nous avons tous des souvenirs musicaux attachés à des évènements, des sensations… Mais il n’était pas forcément question que de soul. Disons que la soul est apparue comme un repère.

Quels sont les artistes de cette époque puis jusqu’à maintenant qui vous ont marqué / inspiré ?

Si on considère notre moyenne d’âge, nous parlons d’artistes de la fin des années 70 jusqu’à aujourd’hui. Nous avons tous en mémoire un tube des années 90 sur lequel on s’est déchaîné ! Nos racines Soul sont un peu plus anciennes et nous avons pu découvrir des artistes contemporains plus tard… Nous pensons à tous les inventeurs de ce style, nous pensons à Otis Redding, Donny Hathaway, Ann Peebles, nous pensons donc aussi à Charles Bradley, Sharon Jones, Lee Fields… Et si on considère que ce qui touche l’âme est la soul, nous pourrions vous citer beaucoup d’autres artistes !

Ce sont eux qui vous ont donné envie de faire de la musique et plus précisément de la soul ?

Certainement… La soul véhicule des esthétiques portées par les inventeurs de ce style. Ces esthétiques sont nos racines et nous essayons de déployer notre musique en semant nos graines de soul.

Que représente la musique pour vous ?

La musique est notre moyen d’expression.

« Make It Happen » est votre premier album (après un EP de 4 titres en 2017). Comment le présenteriez-vous en quelques mots / phrases ?

Make It Happen est une devise en filigrane des 10 morceaux que l’on vous propose… Ces moments de vie sont nourris de ces quatre années passées ensemble.

Comment avez-vous choisi les musiciens qui font partie de votre groupe ?

Notre histoire commence par une double rencontre : j’avais déjà entendu la plupart de ceux qui allaient devenir les Soul Seeders en concert. Et Pierre, que vous entendez à la batterie, m’a découvert aussi pendant un concert, cette fois, c’était lui dans le public. Il m’a proposé de travailler ensemble et constitué un groupe avec comme premier critère l’envie de construire quelque chose ensemble.

Il y a plusieurs guests sur ce disque. Quelle est votre histoire avec eux ?

Au début de la construction de l’album, nous nous amusions à imaginer aller au bout de nos envies musicales… Nous voulions d’abord agrandir les Soul Seeders par les choeurs. Et nous avons commencé à nous dire Make It Happen, qui est aussi un titre phare de nos concerts. Monir et Mfesta proches de nous se sont lancés dans l’aventure. Nous rêvions d’entendre un quatuor à cordes sur tel ou tel titre. Et grâce à la compagne d’un musicien qui est violoncelliste, cela a été possible ! Nous entendions des congas sur Different ways… Certainement, car nous pensions déjà à Jean-Paul, un ami de Pierre et Nicolas. Pareil avec Urbain Lambert qui partage souvent la scène avec Pat’. Et fort d’un concert où nous avions partagé la scène avec Malted Milk, nous avons osé demander un duo à Arnaud Fradin… et il a accepté ! Que des histoires de cœurs…

Avec qui avez-vous choisi de travailler pour réaliser ce disque et pourquoi ?

Disons que nous l’avons réalisé nous-mêmes. Nous aimons nous comparer à des artisans… Ce que vous entendez sur cet album est le fruit de notre force collective. Et pour la production, Le Tom Records mené par Pierre puise ses ressources dans le groupe : par exemple, Pat’ aux multiples talents est un super graphiste ! Il a réalisé la pochette ! C’est le moment aussi de remercier les participants à notre campagne Ulule sans qui nous n’aurions pas pu le réaliser.

L’album a été mixé à Sydney et le mastering a été fait en Californie. Pourquoi ces choix ?

Encore Make It Happen ! Un rêve réalisé ! Nous nous sommes posé la question du mix et du mastering dès le début. Nous avons écouté pas mal de productions en essayant de trouver quel mix nous plairait bien… Et le nom de Nathan Aust est revenu très souvent (aka Nate Goldentone, Daptone Records, Record Kicks, Dojo Cuts). Nous lui avons donc envoyé un message. Et il a répondu ! Il a dit oui ! Notre projet lui a plu et nous lui avons donc envoyé les pistes chez lui en Australie… Et sur ses recommandations, nous avons sollicité Golden Mastering en Californie. Et ils ont répondu ! Ils ont dit oui ! Nous nous souviendrons longtemps lorsque nous avons eu leurs réponses !

La release party était prévue fin mai au New Morning, à Paris. La date est reportée ? Vous avez déjà une nouvelle date ?

Oui, nous devions fêter ça avec tous les invités de l’album, mais c’est partie remise ! Nous n’avons pas encore la date précise. Mais nous pensons organiser une diffusion vidéo pour marquer le coup d’ici quelque temps.

Vous avez eu le temps de faire quelques concerts avant le confinement. Comment se sont-ils passés ? Comment ces nouvelles chansons ont-elles été accueillies ?

Nous avons l’impression que c’était il y a déjà très longtemps ! Nous avons fait une guest party à la Boule Noire le 6 mars. C’était la première fois que nous réunissions autant de monde sur scène. Nous avons la chance d’en avoir un souvenir vidéo grâce à Rimshot Gigs ! Et nous étions très fiers de lire une critique du concert dans Soul Bag ! Le dernier concert est celui du 13 mars limité à 100 spectateurs la veille. Nous l’avons terminé en clamant tous haut et fort « Ooooh! Never givin’ up » !

Vous avez hâte de retrouver la scène ? C’est quelque chose d’important pour vous ?

La scène est primordiale. C’est l’endroit où notre musique vit.

Quelles sont vos prochaines dates (si tout va bien) ?

Le calendrier n’est pas tout à fait fixé. La prochaine date sûre « si tout va bien » est le 26 septembre à Vernouillet.

Qu’est-ce que vous écoutez en ce moment ?

Plein de musiques ! Dans l’univers soul, nous aimons bien les productions de la toute nouvelle branche californienne de chez Daptone qu’est Penrose Records, avec des groupes comme The Altons ou Thee Sacred Souls. Nous aimons aussi Dojo Cuts avec Nathan… et plein d’autres !

Thomas GEFFRIER

Site Internet: www.hawasowandthesoulseeders.com
Page Facebook: www.facebook.com/hawasowandthesoulseeders

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s